Trois idées reçues sur la reconversion professionnelle

L’idée d’une reconversion professionnelle attire de plus en plus de monde. En effet, 9 français sur 10 ont pensé au moins une fois à se reconvertir. Mais entre l’idée et l’action, il y a tout un monde. Aux doutes et incertitudes viennent s’ajouter une multitude d’idées reçues. Et finalement au moment de prendre le virage, pouf ! Il n’y a plus personne. Ce billet te propose de démonter trois  idées reçues susceptibles de t’empêcher de franchir le pas.

Idée reçue n°1 : « Seuls ceux qui ont une longue carrière dans le salariat se reconvertissent »

Ah, la bonne excuse ! Non, la reconversion professionnelle ne concerne pas uniquement « Jean-Michel, 25 ans de carrière dans la comptabilité qui veut devenir boulanger ». (Mille excuses Jean-Mi, promis on ne fera plus référence à toi de façon péjorative). Tu l’auras compris, ce n’est qu’une caricature, une représentation biaisée de la reconversion professionnelle.

D’ailleurs, France Compétence a réalisé une étude qui a révélé que les jeunes étaient les plus intéressés par le changement. En effet, la génération des 25-35 ans est la plus représentée avec 35% de la population de référence.

Pourquoi si tôt dirais-tu ? Pour la simple et bonne raison que l’exercice d’un métier où on s’épanouit est devenu un besoin vital. Dès les premiers pas sur le marché du travail, tu peux ressentir des difficultés d’insertion dans le milieu et te dire « non ce n’est pas pour moi ».

Il se peut justement que ce soit le salariat en lui-même qui ne soit pas fait pour toi. Pas besoin d’attendre 25 ans de carrière pour s’en rendre compte. Donc contrairement aux idées reçues, il n’est jamais trop tôt pour oser entreprendre une reconversion professionnelle.

Idée reçue n°2 : « La reconversion professionnelle n’est plus de mon âge »

A contrario de l’idée reçue précédente, tu peux te dire que non, c’est une mode des jeunes, à 50 ans passé, la reconversion professionnelle, ce n’est plus pour toi. Euh, tu connais le colonel Sanders de la célèbre marque de poulet là ? Ou encore Joe Biden, président des États-Unis à 70 ans ? Bon lui, il ne s’est pas reconverti, mais juste pour le dire que l’âge n’est qu’un chiffre.

D’ailleurs, tu peux très bien être :

  • Un salarié avec 25 ans d’expériences qui désire (enfin !!) vivre de ta passion pour la boulangerie.
  • Une maman au foyer, à l’aube de la quarantaine, qui a attendu que ses enfants grandissent pour s’épanouir professionnellement comme celles qui se sont épanouies grâce au Closing par exemple.

La reconversion professionnelle ne connaît pas de limite d’âge. En outre, après des années dans le salariat, tu peux très bien changer de statut et devenir entrepreneur.

Idée reçue n°3 : « La reconversion professionnelle, c’est long et compliqué »

Alors oui, il est vrai que changer de profession, ça ne se fait pas du jour au lendemain. MAIS (Évidemment qu’il y a un « mais », comment crois-tu qu’on va démonter cette idée reçue sinon ?), la plus longue étape reste l’hésitation, chercher le métier dans lequel se reconvertir pour au final tourner autour du pot.

En moyenne, une reconversion professionnelle prend entre 9 et 12 mois. Tu trouves que c’est long ça par rapport à 25 ans de carrière où tu t’ennuies ? Écoute ton cœur et ouvre-toi aux possibilités qui t’entourent. Tu peux t’appuyer sur les témoignages sur internet pour trouver le déclic si tu en as besoin pour te décider.

Sinon, si tu es plus intéressé par une approche pragmatique, voici par quoi tu dois passer pour te reconvertir :

  • Dresser un bilan de compétences
  • Voir un peu la dynamique sur le marché de l’emploi ou de l’entrepreneuriat
  • Te renseigner sur les métiers qui te font de l’œil
  • Passer par une formation

Simple non ?  Il n’y a que 4 étapes ! Ne zappe pas la case formation pour acquérir une nouvelle compétence mais surtout pour gagner en crédibilité par rapport à ta cible (nouveau job, recherche de clients, etc.).