Le Closing pour impacter la vie de ses prospects

Dans un billet précédent, nous avons vu que le closing c’était plus que de la vente. Eh oui, si tu vends du pain, tu vas directement vanter les mérites de ton pain à ton interlocuteur. Du coup, tu parles, tu parles (ça peut être bref comme long !) et lui il t’écoute et puis décide s’il accepte ou non d’acheter ton pain. En ce qui concerne le closing, l’approche est totalement différente, le closer prend le temps d’écouter son prospect. Effectivement, les missions de closing concernent pour la plupart des services coûteux dont le prospect a réellement besoin et qui a pour finalité d’impacter positivement sa vie.

Un appel de closing pour une vision claire de ses besoins

Grâce au tunnel de vente, le prospect a déjà plusieurs opportunités pour découvrir l’offre. Mais il a besoin de plus d’informations pour sauter le pas. Il en est à un tournant de sa vie où il se demande si le service proposé va l’aider à avancer. Au cours d’un appel de closing, les langues se délient (les 30 mn à 45 mn d’appel peuvent passer rapidement dans ce cas !) et tout devient clair.

En 30 minutes d’appel, le prospect se confie, il est déjà accompagné dans sa démarche et arrive à avoir une vision plus claire de ses besoins. Cet entretien téléphonique peut s’apparenter à une séance chez le psy mais effectivement, aux termes de l’appel, le prospect sait ce dont il a besoin et ce qui est superflu.

En 30 minutes d’appel, il peut décider d’aller de l’avant ou en rester là. La décision d’achat n’est plus au centre des préoccupations. Qu’il achète ou non l’offre, cet appel va clarifier une situation que le prospect traîne peut-être depuis des années. Le closing va au-delà de la simple prospection téléphonique, réalisé en alignement avec vos valeurs, il permet aux gens d’y voir plus clair. Et rien que ça, ça en fait un métier impactant !

Un appel de closing pour être en confiance

Vendre sur internet, c’est tout sauf facile ! La méfiance y règne en maître. Et vu que les formations ou les coachings ne se vendent pas au prix de la miche de pain (eh oui, acquérir une compétence nécessite de mettre la main au portefeuille), le closing va mettre le prospect en confiance.

Comment ? En l’écoutant évidemment ! Il n’est pas rare que les clients témoignent avec des phrases comme « je suis entrée dans la confidence » ou « je me suis senti entièrement en confiance ». L’appel de closing va briser cette barrière du web et créer un contact plus humain avec le prospect. Grâce à cet appel, il a le temps de se poser, de lever le voile sur tous ses doutes car le closer (ou la closeuse, tu as retenu le terme ?) va tout mettre en œuvre pour vraiment connaître la personne.

Si le vendeur est là pour vendre rapidement, le closer va prendre le temps d’écouter et de comprendre les besoins de son prospect. Ainsi, il pourra l’orienter sur les réelles valeurs ajoutées que son service (ou son produit d’ailleurs) a à lui offrir. Un impact direct car en plus d’avoir confiance en son interlocuteur, le client a aussi confiance en lui, en son jugement et en ses capacités. En effet, beaucoup sont sortis d’un appel avec « je me sens confiant pour réussir ».

Le changement s’opère dès la fin du coup de fil

Le métier de closer réserve de belles rencontres humaines. «C’était un coup de foudre professionnel ». «  Ses paroles ont fait écho ». « On parlait le même langage au quotidien ». Ces témoignages font penser à un talk show mais c’est vrai, si le closer vend un coaching, il est un peu coach lui-même. C’est au cours de son appel que le prospect commence à ressentir le changement. Et à la fin, il se lance pour vivre ce changement.

Grâce à cet appel, les habitudes de vie sont remises en cause et les manières de penser bousculées (c’est fou, en 30-45 mn quoi !). D’ailleurs, il y a de nombreux prospects qui ont tellement été bluffés par un appel de closing qu’ils sont devenus closers eux-mêmes.

« j’ai plus cherché à comprendre, j’ai acheté » « dès la fin de l’appel, j’ai senti un changement » « la transformation a commencé » Enfin, quand le prospect décide de passer à l’action et débloque l’achat, c’est que la mission est un succès total. C’est le déclic dans sa tête, il se sent grandi. Le closer a joué son métier d’accompagnateur avec brio et le changement peut commencer.